Jenkins avec Docker

Troisième conteneur prêt à l’emploi: Jenkins qui permet d’automatiser les builds d’application en continu.

docker pull jahroots/jenkins

Les sources sont disponibles sur mon Github.

Publicités

SonarQube avec Docker

Suite des conteneurs prêts à l’emploi. Ici je me suis lancé sur un outil que j’apprécie particulièrement. Je l’utilise souvent en début de mission pour me faire une idée, entre autres, de la qualité de code de l’application.

SonarQube permet, en effet, de mesurer la qualité du code source en continu. Il supporte plus de 20 langages, de quoi satisfaire tout le monde (ou presque). L’installation est très simple. Auparavant, on avait la possibilité d’installater SonarQube sur un serveur Tomcat mais depuis la version 4 tout a été simplifié. On a maintenant droit à un exécutable bat ou bash, selon le système d’exploitation sur lequel on évolue. La documentation est bien tenue.

SonarQube utilise une base de données afin de sauvegarder les différentes configurations ainsi que les métriques sur les différents projets. De base, une base donnée H2 est configurer par défaut, ce qui est pratique seulement si on a pour objectif d’en faire un usage uniquement personnel.
Il est aussi possible de configurer des bases MySQL, Oracle, PostgreSql ou SQL Server.

Sur ce conteneur contiendra donc:
– SonarQube version 4.5
– MySQL 5
– Serveur SSH
– Java 8

Pour lancer le conteneur:
docker run -d -p 9000:9000 -p 3306:3306 -p 4022:22 jahroots/sonarqube

Si vous souhaitez ensuite utiliser Maven pour analyser votre projet, il faut modifier votre settings.xml en ajoutant un profil:
<profile>
<id>sonar</id>
<activation>
<activeByDefault>true</activeByDefault>
</activation>
<properties>
<sonar.jdbc.url>
jdbc:mysql://DOCKER_HOST:3306/sonar?useUnicode=true&amp;characterEncoding=utf8
</sonar.jdbc.url>
<sonar.jdbc.username>sonar</sonar.jdbc.username>
<sonar.jdbc.password>sonar</sonar.jdbc.password>
<sonar.host.url>http://DOCKER_HOST:9000/</sonar.host.url >
</properties>
</profile>

Les sources sont disponibles sur mon Github.

Java avec Docker

En ce moment je me mets en place une stack de conteneurs prêts à l’emploi.

J’ai commencé par Java [jdk-8u20]. Le conteneur est basé sur une image Debian. 

Le but est d’avoir un conteneur prêt à l’emploi avec Java installé.
Il servira essentiellement d’image de base pour la création d’un conteneur qui nécessite Java.

docker pull jahroots/java

Les sources sont disponibles sur mon Github.

XBMC-Video-Server avec Docker

J’ai publié un nouveau conteneur. Celui-ci est directement lié à mon addiction aux films et aux séries. Comme tout addict qui se respecte je possède un serveur multimédia, matérialisé par un Raspberry Pi sur lequel j’ai installé la distribution OpenELEC basée sur XBMC.

Bien qu’OpenELEC offre le remote, cette fonctionnalité ne me convenait pas. Je cherchais un moyen pour streamer mes vidéos et je suis tombé sur le projet XBMC Video Server : qui permet de parcourir, télécharger et streamer les vidéos présentes sur le serveur.

Le conteneur embarque un serveur Apache avec PHP 5. L’installation suit à la lettre les instructions pour une Ubuntu 14.04.

Le démarrage d’Apache est orchestré par Supervisor.

Pour lancer le conteneur, il suffit de lancer la commande suivante:

docker run -d -P jahroots/docker-xbmc-video-server 

Le port 80 est le seul port exposé.

Les sources sont disponibles sur mon Github.

Crucible avec Docker

Un nouveau conteneur pour rapidement démarrer avec Crucible, un outil édité par Atlassian connu pour JIRA.

Crucible permet de faire du code review. Je ne vais pas m’étendre sur le sujet car il existe des outils gratuits pour réaliser ce type d’exercice, tel que Gerrit.

Le but encore une fois, pour moi, d’avoir l’application prêt à l’emploi.

Pour lancer le conteneur, il suffit de lancer la commande suivante:

docker run -d -P jahroots/crucible

Le conteneur expose les ports:

  • 22 pour le serveur ssh
  • 8060 qui permet d’accéder à l’interface web de Crucible

Les sources sont disponibles sur mon Github.

Wild ‘n out: Let me holla

Dans mon premier post sur l’émission je m’étais attarder sur le flow job. Ici je m’intéresse à un autre jeu tout aussi intéressant et drôle, il s’agit du « let me holla ».

C’est simple une des Wild ‘N Out girl est placée au centre de la scène et tour à tour un membre de chaque équipe doit s’avancer et sortir sa plus belle pickup line (une phrase d’accroche) qui doit absolument être drôle pour permette à son équipe de marquer un point.

 

Eh ima keep it one hundred wit you

I know i normally don’t ask girl stuff like this until they tell they pregnant

What’s your name ?

 

Come here ..

I just made you come with my mouth

It’s your turn

 

How you doin ?

You like that Beyonce’s album ?

Do you even know what the partition is ?

The phantom can show you

 

Eh excuse me baby

Do you have sex when you first meet somebody ?

I see you tomorrow

 

My family has a history of High Blood Sugar

but I’ll still hang out with you even though you’re really sweet